Publicité

MUSÉES ET EXPOSITIONS


x

x

Par Marc-Yvan Coulombe xxxxxx

x

x_____________________________________________________________________________________

  Rupture de communication

  Les liens entre les humains sont-ils mis en péril par l'omniprésence des nouvelles technologies ? C'est la question qu'aborde YUGZ (Hugo Sabourin) dans son exposition Rupture de communication : une vingtaine de créations qui font écho aux effets ressentis par les individus exposés aux surdoses médiatiques. Même si le sujet est plutôt grave, l'artiste originaire de l'Outaouais l'aborde en amalgamant le dessin d'enfant, les empâtements et les gommages, ce qui fait que ses créations sont réputées pour évoquer une certaine candeur. « Ses objectifs : retourner à l’essentiel, s’extirper du cercle vicieux de l’immédiat, ne plus participer au cycle de renouveau perpétuel et s’éloigner de toute matière imaginée pour contrôler ses gestes ou sa pensée. Par désir de cohérence, le créateur, droitier depuis l’enfance, a commencé à dessiner et à peindre de la main gauche. Une façon pour lui de sortir de sa zone, de ses habitudes. » À noter que le 30 septembre, YUGZ propose un « d-vernissage », alors qu'il fera une création en direct, dans le cadre des Journées de la culture. Rupture de communication, est présentée dans l’espace Cascades à la TOHU, jusqu’au 8 octobre. Pour en savoir plus, cliquez ici!




  Dernier rappel

Le Musée Stewart organise quelques activités spéciales liées à son exposition multimédia et interactive Expo 67 – Rêver le monde qui est à l'affiche jusqu'au 8 octobre (voir autre texte intitulé Revivre Expo 67...) C'est ainsi que le 27 septembre, de 13 h à 16 h, on offre une conférence de l’historien Claude Latour intitulée Expo 67, ses origines, son contexte et ses héritages. Puis, le 1er octobre, le Musée souligne les Journées de la culture en proposant l’activité gratuite Chefs-d’œuvre d’Expo 67 de 13 h à 16 h; il s'agit d'un atelier de création d’une maquette d’un pavillon réel ou imaginaire de l’exposition universelle de Montréal, animé par un guide-interprète. Soulignons que le 1er octobre également, entre 14 h et 16 h, le collectionneur et passionné d’Expo 67, Roger La Roche, s’entretiendra avec le public autour du thème de l’architecture à partir de sa collection de diapositives. Pour en savoir plus et réserver vos billets, cliquez ici!


  Revivre Expo 67...

Cinquante ans après la célèbre Exposition universelle de Montréal, le Musée Stewart commémore Expo 67. À l'aide d'artéfacts, de photos-souvenirs, d’affiches et d’extraits d’archives, cette exposition, organisée en partenariat avec l’Office national du film du Canada (ONF) se veut une occasion unique de plonger ou replonger dans l'ambiance d'un des événements marquants de l'histoire de Montréal. D'autre part, dans la cour du Musée Stewart, place à Expo 67 - Tout un chantier! Il s'agit d'une exposition de grandes photos témoignant du défi colossal que représentait l'aménagement d'Expo 67. En complément, des visites guidées de l’île Sainte-Hélène seront proposées au public pour redécouvrir les anciens sites d’Expo 67. Donc, deux expositions liées à cet événement historique sont concoctées par le Musée Stewart, jusqu'au 8 octobre, soit : Expo 67 - Rêver le monde et Expo 67 - Tout un chantier! Pour en savoir plus, cliquez ici!



  Un tourbillon de couleurs

Le Jardin de sculptures du Musée des beaux-arts de Montréal ne manque pas de couleurs, cet été encore. Pour souligner le 375e anniversaire de Montréal et les 50 ans de l’Exposition universelle de Montréal, on présente TOM IV : FLOWER POWER – LE POUVOIR DES FLEURS (photo ci-contre), sur l’avenue du Musée. Cette œuvre de l’architecte de Claude Cormier se veut un hommage à la créativité et à l’esprit psychédélique des années 60. TOM IV s’étend sur plus de 57 mètres et comporte 15 000 délinéateurs temporaires (TOM) de 10 couleurs. L’installation est ponctuée de bancs circulaires qui invitent les visiteurs à s’approprier l’espace. Elle prolonge le parcours de l’exposition d’art public La Balade pour la Paix déployée sur la rue Sherbrooke Ouest, entre le MBAM et l’université Concordia, et le Musée McCord et l’université McGill. (Voir texte : Un musée à ciel ouvert). Après TOM I : Champ de marguerites (3 500 TOMS) en 2012, suivi de TOMS II – Champ de coquelicots (8 000 TOMS) en 2013, puis TOM III : Mirage (10 500 TOMS), en 2014, on a donc droit à TOM IV : FLOWER POWER – LE POUVOIR DES FLEURS, jusqu'au 29 octobre, sur l'avenue du Musée. Accès libre! Pour plus de détails, cliquez ici!

  Offi  ce du tourisme de Québec

Vous prévoyez un séjour à Québec au cours de vos vacances cet été? Permettez-moi de vous faire une suggestion qui vous sera d'une grande utilité, vous en conviendrez. Lors de ma visite récente de la Vieille Capitale, j’ai pu apprécier la précieuse collaboration de l’Office du tourisme de Québec, pour faire le meilleur usage du temps dont je disposais. Sur place, on vous propose plein de dépliants sur toutes sortes d’activités et de services disponibles dans la vile et ses environs. L'hébergement, la restauration, les visites culturelles, l'exercice de vos sports favoris, etc. Ainsi, l'Office vous donnera un aperçu des m  eilleures tables et des plus jolies terrasses où il vous plaira de relaxer. De prime abord, on vous suggérera de commencer par un Tour guidé de la ville. Parmi les lieux les plus agréables à visiter, l’incontournable Aquarium de Québec (photo de droite) qui prendra au moins deux heures de votre temps. Il ne faut surtout pas manquer les magnifiques musées pour tous, avec leurs expositions : le Musée National des beaux-arts du Québec et son nouveau Pavillon Pierre Lassonde tout de blanc et son fameux escalier est d’une grande beauté, Arts décoratifs et design du Québec, Philippe Halsman, Art inuit. Prenez une pause au restaurant signé Marie-Chantal Lepage, le Tempéra Québecor. Parmi les suggestions de l'Office, le Festival de l’Opéra du Québec ou l'une des Coisières AML, en après-midi ou le soir sous les étoiles une vue prenante sur Québec et Lévis. Autre visite incontournable, déambuler dans le Vieux-Québec, le quartier du Petit Champlain est d’une beauté en tout point, puis sur la Terrasse Dufferin et les Plaines d’Abraham. Rentrez visiter le Château Frontenac et faites-vous photographier devant cet immeuble parmi les plus populaires au monde. Sans oublier d’aller au Parc de la Chute-Montmorency, profitez-en pour vous recueillir au Sanctuaire de Sainte-Anne-de-Beaupré une fois sur place, faites le tour de l’île d'Orléans pour vous approvisionner de fruits et légumes frais et prendre une pause dessert. Québec est la ville à visiter sans faute!. Pour la deuxième année consécutive, Québec est sacrée meilleure destination au pays. Une prestigieuse référence pour les touristes. Une vitrine au rayonnement international est inestimable de mentionner André Roy directeur de l'Office du tourisme de Québec. Vous devez visiter Québec.Pour en savoir plus, cliquez ici! (M. F.)

  Révolution au musée



En cette année où l'on célèbre l'héritage laissé par Expo 67, le Musée des beaux-arts de Montréal présente, You Say You Want a Revolution, un titre qui fait bien sûr référence à la célèbre chanson des Beatles. Rappelons que ce succès planétaire a été composé en 1968, une année particulièrement mouvementée, durant laquelle s’est notamment déroulé mai 1968 en France, le Printemps de Prague en Tchécoslovaquie et l’occupation par des étudiants de l’Université Columbia, à New York. Ce que nous offre le MBAM est, en fait, une adaptation d'une exposition du Victoria and Albert Museum de Londres. C'est ainsi que, munis d'un casque d'écoute qui synchronise son et image, on voyage dans les rues de la capitale britannique, où la mode ne cesse de se réinventer; on bifurque aussi du côté des manifestations du Mai 1968 parisien; puis, on se retrouve dans l'ambiance du festival de Woodstock, ainsi que de l'Osstidcho et de l'Expo 67, à Montréal. Environ 700
œuvres et objets rendent compte du climat social et culturel de l'époque avec, en bande sonore, les grands succès internationaux et québécois de cette période musicale faste. On a aussi droit à des extraits de films marquants et des entrevues avec des personnalités emblématiques. You Say You Want a Revolution, au MBAM, jusqu'au 9 octobre. Pour en savoir plus et réserver vos billets en ligne, cliquez ici!

  Un legs du Cirque du S    oleil

Pour souligner le 20e anniversaire de son engagement dans le quartier St-Michel, le Cirque du Soleil ouvre un jardin d'œuvres d'art. Parmi les seize pièces choisies, on trouve l'imposante sculpture d'Armand Vaillancourt intitulée L'enchantement (photo de gauche), ainsi que Dans le jardin du roi heureux de Glen Lemesurier et La Contorsionniste (photo de droite) de Philippe Allard. Des créations de Catherine Sylvain, Andy Goldsworthy, Richard MacDonald, Anne-Sophie Morelle, Andrew Rogers, Jim Dine, Tom Doyle, Simon Gudgeon et Rolf Knie complètent ce jardin d'œuvres d'art. De plus, le parcours Cité des arts du Cirque permet d'admirer des œuvres fournies par l'École nationale de Cirque et la TOHU. Des visites seront d'ailleurs offertes gratuitement toutes les fins de semaine de l'été par la TOHU. Pour en savoir plus, cliquez ici!

  Un musée à ciel ouvert

En cette année de célébrations du 375e anniversaire de Montréal, le Musée des beaux-arts de Montréal, avec le soutien de l'Université McGill, propose un parcours d'un kilomètre d'œuvres d'art sur la rue Sherbrooke Ouest. Des pièces monumentales délimitent la promenade à ses extrémités : devant le MBAM, le totem Mât totémique des pensionnats de l'artiste canadien de la nation Kwakiutl, Charles Joseph, ouvre la voie à l'ouest, tandis que la Nana danseuse (Rouge d'Orient, Bloum) de la Française Niki de Saint Phalle la conclut à l'est, sur le campus de l'Université McGill. Des sculptures d'artistes canadiens, dont les Québécoises Rose-Marie Goulet et Catherine Sylvain côtoient celles d'artistes japonais, chinois, français, etc. Le visiteur a aussi l'occasion de scruter une quarantaine d'ensembles photographiques d'artistes établis à Montréal, ayant sillonné la planète pour capter des images reflétant des valeurs d'ouverture, de paix et de diversité. Enfin, en clin d'œil à l'Expo 67, le parcours est pavoisé de quelque 200 drapeaux de pays reconnus par l'ONU, ainsi que des provinces canadiennes. L'Unifolié inaugure la marche à l'ouest, face au MBAM. Suivent ceux des autres pays, disposés par ordre alphabétique et en alternance au nord et au sud. Les drapeaux des provinces et territoires canadiens sont placés selon leur date d'entrée dans la Confédération. Enfin, le drapeau de la Ville de Montréal ferme la marche, à l'est, vis-à-vis du Musée McCord. La Balade pour la Paix : un musée à ciel ouvert, jusqu'au 29 octobre. Pour en savoir plus, cliquez ici!undefined

  Des photos et des tableaux qui en disent long...

Le Musée national des beaux-arts   du Québec propose, cet été, une rétrospective du l  égendaire Philippe Halsman. Cet artiste américain qui a vécu de 1906 à 1979 aura photographié une foule de personnalités incluant: Marilyn Monroe, Duke Ellington, le duc et la duchesse de Windsor, Richard Nixon, Albert Einstein et Alfred Hitchcock. Réalisée par le Musée de l’Élysée à partir des archives de la famille Halsman, cette exposition met en lumière l’ensemble de la carrière du photographe depuis ses débuts à Paris dans les années 1930, jusqu’aux succès de son studio new-yorkais, entre 1940 et 1970. ~ Par ailleurs, une autre exposition met en lumière le destin particulier de tableaux créés pour des églises parisiennes et qui sont pourtant arrivés au Québec en 1817, après avoir été saisis, lors de la Révolution française. Rassemblés par l'abbé Philippe-Jean-Louis Desjardins, ils furent expédiés à son frère Louis-Joseph, aumônier des Augustines de l’Hôtel-Dieu de Québec. Le clergé et les communautés religieuses sont alors en pleine expansion et manquent d’œuvres de qualité dignes de servir de support à la dévotion. En tout, ce sont près de 200 tableaux qui prendront le chemin de Québec, pour être attribués à différentes églises et chapelles. Parallèlement, une nouvelle cohorte d’artistes canadiens, tels les Jean-Baptiste Roy-Audy, Joseph Légaré, Antoine Plamondon et Théophile Hamel, se forme à la peinture, en procédant à la restauration des œuvres françaises et en les copiant à la demande des commanditaires. On assiste alors à la naissance de la peinture canadienne. Pour refléter cette époque, on a sélectionné une quarantaine de ces tableaux français et une vingtaine de copies québécoises témoignant de chefs-d’œuvre français disparus, mais également de la pratique des artistes d’ici. Philippe Halsman. Étonnez-moi! et Le fabuleux destin des tableaux des abbés Desjardins, au MNBAQ, jusqu'au 4 septembre. Pour en savoir plus, cliquez ici!




  À
la recherche d'Expo 67

En cette année où l'on célèbre le 50e anniversaire d’Expo 67, le Musée d’art contemporain de Montréal présente À la recherche d'Expo 67, une exposition d'œuvres d’artistes québécois et canadiens qui s’inspirent de cette légendaire exposition universelle. L'idée est d'explorer les résonances entre ce qu'il reste d'Expo 67 et ce qu'elle fut, il y a 50 ans, en termes de diversité de la production culturelle et de liberté créatrice offerte aux artistes, architectes et designers. Jean-Pierre Aubé, Marie-Claire Blais et Pascal Grandmaison, Simon Boudvin, Stéphane Gilot, Geronimo Inutiq, ainsi que Caroline Martel et David K. Ross figurent au nombre des artistes qui signent 16 nouvelles créations pour cette exposition. À cela s'ajoutent des œuvres existantes de : Jacqueline Hoàng Nguyễn, Mark Ruwedel, Phil Hoffman et Eva Kolcze. À la recherche d'Expo 67, du 21 juin au 9 octobre, au Musée d’art contemporain de Montréal. Pour en savoir plus, cliquez ici!





x
x

  Mont
  réal a son Portrait de Louis XIV

Le Musée des beaux‐arts de Montréal vient d’acquérir un tableau exceptionnel, soit le modello (photo de gauche) du célébrissime Portrait de Louis XIV en grand costume royal, 1701, photo de droite) par Hyacinthe Rigaud (Musée du Louvre, Paris). Modello est un mot italien qui désigne l'œuvre préparatoire la plus fidèle du tableau commandé. Outre sa grande valeur artistique, cette huile sur toile de 55 x 45 cm revêt une signification particulière pour le MBAM, puisque c'est sous le règne de Louis XIV que la Nouvelle‐France est devenue une province royale avec gouverneur, évêque, intendant et Conseil souverain, ce qui favorisa son développement. À notre époque bombardée d'images politiques, il est donc intéressant « d’observer la composition d’un portrait officiel aussi emblématique qui, au moyen de codes précis et avec une profusion de détails, dépeint la Majesté Royale et la légitimité à gouverner au XVIIe siècle. Spectateurs contemporains, c’est en héritiers de ce passé, mais aussi des profondes remises en question qui ont favorisé l’avènement de la démocratie et de la citoyenneté que nous regardons aujourd’hui cette "icône", à la fois proche et lointaine », souligne Sylvain Cordier, conservateur des arts décoratifs anciens. L’œuvre est installée au 2e niveau du nouveau Pavillon pour la Paix Michal et Renata Hornstein, dans les galeries des écoles française, italienne et anglaise des XVIIe et XVIIIe siècles. Pour en savoir plus, cliquez ici!

    Le mariage pour tous selon Jean Paul Gaultier

Après avoir présenté, en 2011, La planète mode de Jean Paul Gaultier : de la rue aux étoiles, le Musée des beaux-arts de Montréal nous convie à l'installation LOVE IS LOVE qui réunit des créations nuptiales du célèbre couturier, autour d'un gigantesque gâteau de mariage. Présentés en exclusivité à Montréal, les 36 robes et habits de noces de l’exposition ont été réalisés entre 1990 et 2017. Ces tenues sont portées par des mannequins animés par Denis Marleau et Stéphanie Jasmin de la compagnie montréalaise de théâtre UBU. Melissa Auf der Maur, Virginie Coossa, Suzie Leblanc, Ève Salvail et Jean Paul Gaultier comptent parmi les personnalités qui ont prêté leur visage et leur voix à ces mannequins. Rappelons que Gaultier, qu'on a surnommé « l’enfant terrible de la mode », a présenté au fil des ans de nombreuses créations nuptiales qui ont bousculé avec humour les codes vestimentaires et les stéréotypes. Par exemple, en 1990, le voile de la mariée est attaché à l’ensemble du décor qui tombe à la fin du défilé! En 1992, une coiffe créée avec des rouleaux de papier hygiénique se déroule sur le podium tel un voile. Ajoutons que le Néerlandais Jurgen Bey du Studio Makkink & Bey complète la mise en scène par une installation de meubles et d’objets-cocons entièrement recouverts d’une membrane élastique immaculée. Cette célébration du mariage qui rassemble tous les couples, qu'ils soient hétérosexuels, homosexuels, ou interraciaux est à l'affiche, au Musée des beaux-arts de Montréal, jusqu'au 9 octobre. Pour en savoir plus et réserver vos billets en ligne, cliquez ici!



  Pleins feux sur u
n peintre autodidacte

Le Québécois Claude Langevin, réputé entre autres pour ses tableaux de paysages, est en vedette dans le dernier numéro d'Arabella, un magazine d'art, d'architecture et de design, considéré comme l'un des plus importants au Canada. Dans une entrevue accompagnée d'illustrations de ses œuvres, l'artiste qui roule sa bosse depuis plus de 35 ans précise le sens de sa démarche. On sait qu'au début de sa carrière, Langevin a travaillé avec de l'acrylique, mais après avoir redécouvert le travail de Clarence Gagnon et Tom Thomson (un proche du célèbre Groupe des Sept), il a opté pour l'huile et le pinceau qu'il continue d'ailleurs d'utiliser pour peindre des scènes de villes et de campagne d'un peu partout au Québec et dans les Maritimes. On peut d'ailleurs admirer les œuvres de Claude Langevin, à la galerie le Balcon d'Art. Pour accéder à la galerie, cliquez ici!

  Espace pour la vie au planétarium

Célébrant l  e 375e anniversaire de la Ville de Montréal, « Espace pour la vie » affiche des œuvres multimédias inspirées des sciences et de la nature. La toute nouvelle programmation double présentée au Planétarium Rio Tinto Alcan vou  s invite à voyager de l’infiniment grand à l’infiniment petit. Dans un premier temps, voyez Kyma-ondes en puissance (photo de gauche) du Théâtre de la Voie lactée. Constatez l’omniprésence du phénomène des ondes dans nos vies avec cette œuvre immersive et artistique qui se retrouve dans la musique, la lumière, l’atome et la vie toute entière, conçue et réalisée par le cinéaste Philippe Baytaucq sur une musique originale de Robert M. Lepage. Puis, le spectacle Voyageurs de l’ombre (photo de droite) du Théâtre du Chaos propose une incursion dans le monde de l’exploration spatiale. Survolez quelques missions récentes qui ont fait des révélations surprenantes sur les petits objets célestes qui habitent le système solaire (comètes et astéroïdes). Ce fascinant voyage du côté sombre de notre univers dévoile les origines mouvementées de notre monde, les impacts violents qui ont été sources de destructions depuis et dont les débris peuvent encore atteindre notre planète. Une production américaine Evans & Sutherland adaptée par l’équipe du Planétarium Rio Tinto Alcan. Pour en savoir plus, cliquez ici! (M. F.)

x  CSI : l'expérience

Qui n'a pas regardé au moins une fois la populaire série policière CSI : Crime Scene Investigation? Et bien voici que le Centre des sciences de Montréal vous propose de plonger vous-même dans une enquête policière, grâce à une immersion dans le monde des sciences judiciaires et de la médecine légale. D'abord, on visite la scène du crime. En fait, il y en a trois : un salon où se trouve une voiture qui a défoncé un mur, avec un homme mort au volant; une ruelle lugubre où gît le corps d'une femme; un désert où se trouvent des ossements humains. Votre « travail » se poursuit en laboratoire ou dans une salle d'autopsie, où vous devez examiner des éléments de preuve, avant de produire votre rapport. Reste à voir si vos observations et analyses vous permettront d'élucider le mystère qui vous est proposé. Présentée pour la première fois au Canada, après avoir fait le tour du monde CSI : l'expérience fait escale au Centre des sciences de Montréal, jusqu'au 4 septembre. Pour en savoir plus et réserver vos billets en ligne, cliquez ici!


  Moment Factory à la basilique
Notre-Dame de Montréal

En plus l'illuminer le pont Jacques-Cartier, voilà que Moment Factory installe ses projecteurs à la basilique Notre-Dame de Montréal. Le spectacle son, lumière et vidéo intitulé AURA, d'une durée d'environ une heure, comprend un parcours organisé dans le but de redécouvrir ces lieux construits il y a près de 190 ans. L'autel, les balcons et les colonnes sont mis à profit. Le tout se déroule au son d'une œuvre musicale créée par Troublemaker avec une trentaine de musiciens et une vingtaine de chanteurs. Rappelons que Moment Factory est un studio de divertissement multimédia, combinant la vidéo, l'éclairage, l'architecture, le son et les effets spéciaux, qui a créé des centaines de spectacles à travers le monde pour des clients tels que Madonna, Microsoft, Sony et l'Aéroport International de Los Angeles. AURA qui s'inscrit dans le cadre des célébrations du 375e anniversaire de Montréal, prend l'affiche à la basilique Notre-Dame de Montréal. Pour en savoir plus et réserver vos billets en ligne, cliquez ici!


  Amérique Sauvage 3D et l'exposition Humain

Le cinéma IMAX®TELUS du Centre des sciences s'est doté d'un nouveau système laser qu'il souhaite faire découvrir au public à travers le film Amérique Sauvage 3D. Muni de la toute dernière génération de projection au laser IMAX, ainsi que d’un nouveau système de son, ce cinéma nous promet « des images cristallines, des couleurs d’une intensité à couper le souffle et un son numérique complètement submergeant. » Il faut dire que le film projeté permet des incursions dans une trentaine de parcs nationaux américains, grâce à des images de grande qualité, filmées à l'aide de caméras IMAX 3D. De plus, le Centre des sciences dévoile une nouvelle zone avec l’exposition permanente Humain qui laisse entrevoir ce qui pourrait attendre l’être humain dans le futur. Cette exposition a pour but de permettre aux visiteurs de vivre une expérience interactive à l’aide de plusieurs jeux multimédias qui permettent, entre autres, la simulation de greffes de cellules souches ou encore l’intégration d’implants. Pour en savoir plus et réserver vos billets, cliquez ici!

  L'art canadien dans tous ses états...

Le Musée des beaux-arts du Canada propose un panorama inédit de l'art fait au pays. Près d’un millier de peintu  res, sculptures, photographies et installations sont regroupées dand des expositions spéciales, montées à partir d'œuvres des collections du Musée, ou empruntées à différentes institutions, dont le Musée canadien de l’histoire, Bibliothèque et Archives Canada, de même que le Musée McCord et le Musée des Ursulines de Québec. Le public est convié, entre autres, à Des temps immémoriaux jusqu’en 1967 (photo de droite) qui présente plus de 600 œuvres d’artistes, dont, Tom Thomson, Emily Carr, Norval Morrisseau et Daphne Odjig, en plus   d’acquisitions récentes dont Manteau de chasse par un artiste Naskapi inconnu (œuvre qui remonte aux années 1840). Une autre expo, intitulée De 1968 à nos jours, réunit plus de 150 œuvres de toutes formes. Depuis le mouvement de l’art féministe des années 1970 jusqu’à l’art inuit d’aujourd’hui, on promet de révéler la richesse des collections d’art canadien et autochtone « dans toute sa splendeur ». Parmi les pièces incontournables, soulignons L’iceberg nord-américain de Carl Beam, l’œuvre sur papier Sans titre (La série de porcelaines fantaisistes) de Shary Boyle et les sculptures Transmutation et Vienne de Brian Jungen inspirées de squelettes de baleines et réalisées avec des chaises de plastique blanc. Les amateurs de photos ne seront pas en reste, car le Musée fait place à La photographie au Canada, 1960-2000 (photo de gauche), réunissant une centaine d’œuvres de 71 artistes, dont Raymonde April, Edward Burtynsky, Lynne Cohen, Angela Grauerholz, Michael Snow, Jeff Wall et Jin-me Yoon. Organisée par l’Institut canadien de la photographie, cette expo rend hommage à la diversité de la pratique de la photographie au Canada sur une période de quatre décennies. Nos chefs-d'œuvre, nos histoires, au Musée des beaux-arts du Canada. Pour en savoir plus, cliquez ici!


  Une exposition consacrée à l'un des plus célèbres Montréalais

Leonard Cohen – Une brèche en toute chose/A Crack in Everything, tel est le titre de l'exposition qu'offrira le MAC, dans le cadre des festivités du 375e de Montréal. Produite par le Musée d'art contemporain, cette exposition pluridisciplinaire permettra à l'institution de proposer au public « un corpus d’œuvres inédites expressément commandées et conçues par des artistes locaux et internationaux qui s’inspireront de l’esthétique et des thèmes récurrents dans l’œuvre du grand maître. Ces artistes proviendront du domaine des arts visuels, de la performance, de la musique, de l’écriture et du cinéma, offrant ainsi au visiteur une expérience dynamique, participative, globale et immersive... Le MAC est extrêmement heureux de l’engagement de Leonard Cohen dans ce projet. Son aval permettra au Musée de plonger dans l’œuvre de ce grand artiste... » Leonard Cohen – Une brèche en toute chose/A Crack in Everything, sera à l'affiche du MAC, à l'automne 2017. Pour en savoir plus, cliquez ici!

Artplugs.com : Site gratuit d'emplois dans le domaine des arts graphiques et du marketing. Trouvez des emplois et contrats facilement et rapidement. Artplugs.com : Site gratuit d'emplois dans le domaine des arts graphiques et du marketing. Trouvez des emplois et contrats facilement et rapidement.
Andre Lemire Immobilier : Andre Lemire Immobilier Montreal Quebec Residentiel Commercial
5kards : 5kards : Impression en ligne - Online printing
Studio de beaute Flash: Coiffure, Bronzage, Massotherapie, Maquillage, Electrolyse, Esthetique, Soins des mains et des pieds Studio de beaute Flash: Coiffure, Esthetique, Bronzage
Studio Therapeutique Canin: toilettage chiens et chats sans anesth�sie, soins des griffes, massage Studio Therapeutique Canin: toilettage chiens et chats sans anesth�sie, soins des griffes, massage
Pixotheque : Pixotheque - des centaines d'images professionnelles pour vos concepts publicitaires. Photographes : transformez votre passe-temps en comptant grace a notre syst�me de partage des profits.
Publicité
Design et conception © 2006 Translucide Design