Publicité

THÉÂTRE


x

Par Marc-Yvan Coulombe

______________________________________________________________

  L'Iliade façon   2017

L'adaptation de L'Iliade que propose Marc Beaupré est intimement liée à la conception musicale de Stéfan Boucher, permettant aux comédiens de rythmer le texte et scander les mots pour « illuminer leurs actions et leurs gestes.» Beaupré, bien connu entre autres, pour ses rôles à la télé (Trauma, Toute la vérité, Le Négociateur, Série noire, etc.) et comme metteur en scène (Caligula Remix) s'empare donc de ce texte d'Homère, poète du VIIIe siècle avant J.-C., avec une approche d'aujourd'hui. « Nous ne créons pas un spectacle rap, un spectacle de rock ou un spectacle musical avec L’Iliade. On emprunte certains codes scéniques à ces styles et la principale motivation ce n’est pas de faire du rap, mais bien de chercher à réinventer la langue ». Pour porter cette épopée de la Grèce antique, on a fait appel à Maya Kuroki, Olivier Landry-Gagnon, Justin Laramée, Catherine Larochelle, Louis-Olivier Mauffette, Jean-François Nadeau, Émile Schneider, Emmanuel Schwartz, Guillaume Tremblay et Stéfan Boucher. Ce dernier qui assure la direction musicale du spectacle, se consacre depuis une dizaine d'années à la relation entre la musique et la danse avec Frédérick Gravel et Dave St-Pierre; il a aussi composé la bande-son de Cirkopolis du Cirque Éloize. L'Iliade d’Homère dans une libre adaptation de Marc Beaupré est présenté au Théâtre Denise-Pelletier, du 8 novembre au 6 décembre. Pour réserver vos billets en ligne, cliquez ici!




  Les Concubines

Histoire de mettre en scène la tension entre l'être et le paraître chez la femme, un groupe d'« interprètes-créatrices » explore diverses facettes de la féminité à travers une série de tableaux mêlant théâtre, chanson et poésie, dans le but de faire rire et réfléchir. Marie-Ève Charbonneau (photo), Karelle Girard-Huneault, Anka Rouleau, Audrée Southière et Marion Van Bogaert Nolasco n'hésitent donc pas à interpréter divers titres de la chanson québécoise et certaines de leurs compositions pour mettre des mots sur « leur plaisir, leur angoisse, leur indignation et leur colère. » Ce spectacle multidisciplinaire dédié à l'introspection féminine est mis en scène par Maya Gobeil. Dramaturgie : Marie-Ève Charbonneau et les interprètes. Le cabaret théâtral et musical Les Concubines s'installe à L'Espace La Risée, du 12 au 21 octobre. Pour en savoir plus et réserver vos billets en ligne, cliquez ici!



  Dante au Quat'Sous

Le spectacle auquel nous convient Estelle Clareton et Olivier Kemeid se veut une « plongée saisissante dans les enfers modernes... ceux de nos travers, de nos failles, de nos dépressions, de nos chutes. » Sept interprètes, acteurs et danseurs, façonnent cette marche tirée des gravures du Français Gustave Doré (XIXe siècle) illustrant l'Enfer de Dante (XIVe siècle), père de La Divine Comédie. Pour incarner cette « esthétique du [corps parlant] qui enfante une suite de tableaux saisissants » où l’omniprésence de la violence n'éteint pas la flammèche de l’espoir, on a fait appel à : Larissa Corriveau, Renaud Lacelle-Bourdon, Esther Rousseau-Morin, Nicolas Patry, Ève Pressault, Éric Robidoux et Mark Eden-Towle. Texte : Olivier Kemeid. Chorégraphie : Estelle Clareton. Mise en scène : Estelle Clareton et Olivier Kemeid. Musique : Eric Forget. Sous la nuit solitaire, au Théâtre de Quat'Sous, du 15 novembre au 2 décembre. Pour en savoir plus et réserver vos billets en ligne, cliquez ici!


  Un cabaret en l'honneur de Montréal

Inspiré du cabaret théâtral Jusqu’où te mènera ta langue? présenté au Festival du Jamais Lu, en 2011, le spectacle que propose le Théâtre aux Écuries nous invite à découvrir Montréal sous l’oeil d’un touriste. Des duos (photographe-auteur) ont posé leurs regards sur un quartier qui leur était assigné, soit, Westmount, Hochelaga, le Vieux-Montréal, Saint-Michel, Villeray et Parc-Extension. Leur but : « créer une poésie citoyenne représentative du Montréal d’aujourd’hui. » Idéation et mise en scène : Martin Faucher. Textes : Sébastien David, Alexis Diamond, Anne-Marie Guilmaine, Thomas Hellman, Pierre Lefebvre, Melissa Mollen Dupuis et Marie Louise Bibish Mumbu. Interprétation: Alex Bergeron, Karine Gonthier-Hyndman, Sharon Ibgui, Étienne Lou et Papy Maurice Mbwiti. Musique live de Navet Confit. Jusqu'où te mènera Montréal? est présenté dans le cadre de la programmation officielle de 375e de Montréal au Théâtre aux Écuries, du 12 au 14 octobre. pour réserver vos billets en ligne, cliquez ici!

  Théâtre sur glace!

Quoi de mieux que le hockey pour rassembler les Montréalais quand revient l'automne? C'est ainsi que le Centaur présente en première au Québec une pièce basée sur la vie d'une légende du hockey : Theoren Wallace Fleury. Envers et contre tout, cet athlète né en Saskatchewan en 1968 et considéré comme étant trop petit pour jouer au hockey, a su compenser son gabarit par une immense ambition pour surmonter les obstacles qui se dressaient devant lui et devenir une étoile de la LNH, gagner la Coupe Stanley et même représenter le Canada aux Jeux olympiques. La pièce, interprétée sur glace par Shaun Smyth, est inspirée du livre « Playing with Fire » de Theo Fleury et Kirstie McLellan Day. Mise en scène de Ron Jenkins. Playing with fire : the Theo Fleury story, au Centaur theatre, du 3 octobre au 29 novembre 2017. Pour réserver vos billets en ligne, cliquez ici!

    Un acteur, des danseurs et un chien
a
C'est sur l'acteur Éric Bernier que repose principalement le nouveau spectacle de la dramaturge et metteure en scène, Angela Konrad qui nous a donné, entre autres, en 2014, un percutant Macbeth, dans une adaptation de Michel Garneau. Cette fois-ci, la Montréalaise d'origine allemande poursuit l'analyse de «nos comportements humains complexes et détraqués» avec Last Night I dreamt that somebody loved me. Conçu pour un acteur, quatre danseurs et un chien, ce spectacle interroge les rapports entre la culture du narcissisme et la quête du bonheur, à travers des réflexions qui trouvent un écho dans la musique de Shirley Bassey et celle du groupe The Smiths. Nous voici donc en présence d’un homme qui cherche l’amour absolu et qui après de nombreuses expériences non concluantes, s’achète un chien. «Le discours qui reflète le fonctionnement psychique de l’homme... s’avère aussi pathétique que la musique pop, aussi extravagant que les paroles de The Smiths... Les danseurs, incarnation du sublime, complètent ce tableau d’une dérision tragique.» Texte (inspiré de Sigmund Freud, Alain Badiou, Alain Ehrenberg, Christopher Lash, Bernhard Stiegler) et mise en scène: Angela Konrad. Interprétation: Éric Bernier. Danseurs: Marilyn Daoust, Luc Bouchard Boissonneault, Sébastien Provencher, Nicolas Patry, Emmanuel Proulx. Last Night I dreamt that somebody loved me, à l'Usine C du 10 au 21 octobre.Pour réserver vos billets en ligne, cliquez ici!




  La femme la plus dangereuse du Québec

Ce spectacle a pour but de nous plonger dans la vie et l'oeuvre de l'auteure Josée Yvon. Atteinte du sida, l'artiste est décédée à l'âge de 44 ans, quasiment aveugle, en laissant Manon la nuit, un manuscrit inachevé portant sur la cécité. Ajoutons que le travail de la Montréalaise accorde une place majeure à la description de la marginalité, à travers des personnages homosexuels, toxicomanes, prostitués, transsexuels, ou travestis. Yvon dénonce également souvent l'oppression sociale à travers des images violentes comme le meurtre, les médicaments ou le viol. Fascinés par le legs de cette poétesse, les dramaturges Dany Boudreault et Sophie Cadieux, ainsi que le metteur en scène Maxime Carbonneau, font se rencontrer la vie réelle et imaginée de cette femme qu'ils n'ont pas connue, en précisant que « celle qu'on a toujours crue dans l'ombre se dévoile, enfin à travers ses archives inédites. » La femme la plus dangereuse du Québec, avec Nathalie Claude, Philippe Cousineau et Ève Pressault, à la salle Fred-Barry, du 10 au 28 octobre. Pour réserver vos billets en ligne, cliquez ici!

    Festival Phénomena 2017

Contrairement à ce qu'on pourrait penser, la fin de l'été ne signifie pas la fin des festivals, à Montréal. C'est ainsi que la 6e édition du Festival Phénomena nous en promet de toutes les couleurs, en octobre, en commençant par la Parade Phénoménale, le samedi 7 octobre (remise au dimanche 8 octobre en cas de pluie). Pour cet événement qu'on prévoit haut en couleur, dans le quartier Mile End, tout le monde est invité à fabriquer son costume et à participer à une parade fellinienne qui déambulera sur le Viaduc Van Horne. Des artistes de rue, des fanfares, ainsi que des élèves des écoles avoisinantes animeront la fête qui se terminera par un grand spectacle d’artistes de feu. Le Festival retrouve ensuite son quartier général à la Sala Rossa pour une série de 8 cabarets déjantés. À signaler : le retour après deux ans d’absence du fameux Kiss My Cabaret sous la gouverne de sa créatrice Danette MacKay et la soirée Body and Soul avec, entre autres, les performeurs Nina Segalowitz, Gaétan Nadeau, sans oublier Geneviève & Matthieu. Enfin, soulignons que Phénomena s’associe à La Chapelle « pour offrir une carte blanche au perturbateur iconoclaste Peter James pour un spectacle excentrique et intransigeant, avec en deuxième partie les jeunes artistes Émile Pineault, Lara Oundjian et Thomas Saulgrain. » Le Festival Phénomena 2017 se déroule du 7 au 20 octobre en divers lieux, dont la Sala Rossa et le théâtre La Chapelle. Pour en savoir plus et réserver vos billets en ligne, cliquez ici!

x

  Le crime et le silence

Cet automne, le public du Trident a rendez-vous avec, entres autres, Sylvie Drapeau (photo), qui prend part à la pièce Le cas Joé Ferguson. Une étudiante en criminologie s'intéresse à l’impact des crimes graves en milieu rural. Quand Joé, 21 ans, commet l’impensable, la jeune femme vient s’installer dans le motel du village dans le but de comprendre la réaction de la population. Mais elle se bute à un mur de silence. Moitié suspense, moitié comédie dramatique, ce texte est d'Isabelle Hubert. Rappelons qu'on a pu voir quelques pièces de cette auteure au Théâtre du Bic, dont À tu et à toi et La robe de Gulnara. Distribution : Sylvie Drapeau, Joëlle Bond, Valérie Laroche et Steven Lee Potvin. Mise en scène : Jean-Sébastien Ouellette. Le cas Joé Ferguson, au Trident, du 31 octobre au 25 novembre. Pour en savoir plus et réserver vos billets en ligne, cliquez ici!

  La m  ort d’un commis voyageur

Pièce d’Arthur Miller traduite, dans une mise en scène de Serge Denoncourt, ouvrira la rentrée théâtrale d’automne au Théâtre du Rideau vert. Un portrait grinçant d’une génération du capitalisme et son émouvante relation père-fils. La mort d’un commis voyageur a remporté les prix Tony et Pulitzer de 1949, devenant ainsi un classique du répertoire contemporain. À 60 ans, Willy Loman interprété magistralement par le merveilleux comédien Marc Messier (La petite vie) dans un rôle du tragique héros. Il est épuisé, et n’a plus la force de prendre la route, incapable de sortir de son immobilisme. Il se perd dans le brouillard apaisant de ses souvenirs de gloire ancienne. Mégalomane, il est persuadé que seul le charisme mène à la réussite et se désole que son fils Biff n’a aucune ambition professionnelle. Les reproches du père s’accumulent et il ne manque pas qu’une étincelle pour que tout explose entre les deux hommes. Des révélations du passé de Willy surgiront et devront finalement affronter la réalité. Une des grandes œuvres dramatiques américaines que dirigera avec une main de maître notre Serge Denoncourt québécois avec une solide distribution telle que Louise Turcot, Manuel Tadros, Mikahaïl Ahooja, Marilyse Bourke, Éric Bruneau, Sarah Cloutier Labbé, Charles-Alexandre Dubé, Jean Moïse Martin. Théâtre du Rideau Vert, du 3 octobre au 11 novembre. Pour en savoir plus et réserver vos billets en ligne, cliquez ici! (M. F.)


  Je disparais

Deux amies décident de fuir leur pays. Est-ce à cause d'une catastrophe, d'une guerre ? On saura peu de choses de l'arrière-plan politique de leur décision et on se demandera pourquoi elles s'inventent d'étranges jeux de rôles. Exode ou exil intime? Tel est le propos de cette pièce du dramaturge norvégien Arne Lygre traduite par Guillaume Corbeil et mise en scène par Catherine Vidal qui dit que ce texte est entré en elle comme une vrille. « Poème sur l’absence », la disparition, le départ, l’éloignement, la pièce évoque aussi le sentiment d’insécurité de plus en plus envahissant qui obsède nos sociétés, celui des doutes, des incertitudes. Distribution : Larissa Corriveau, James Hyndman, Marie-France Lambert, Marie-Claude Langlois et Macha Limonchik. Je disparais, au théâtre Prospero, du 26 septembre au 21 octobre. Pour en savoir plus et réserver vos billets en ligne, cliquez ici!


  Déménagements
fréquents

Boris Vian revient nous hanter, cet automne, avec Les bâtisseurs d'empire ou le Schmürz. Cette tragédie burlesque, créée à la fin des années 50, met en scène une famille qui change de logement à cause d'un bruit étrange qui serait peut-être dû au désordre social... Or, à chaque fois que les personnages entendent le fameux bruit, ils déménagent un étage plus haut, emportant avec eux de moins en moins d'objets; il faut dire qu'ils se retrouvent dans des appartements de plus en plus petits. Pour sa part, l'adolescente Zénobie remarque qu'un homme en loques, qui pourrait être une victime de la guerre, est présent dans chacun des appartements où sa famille emménage. Il s'agit du Schmürz. Ce mot serait dû à l'imagination d'Ursula, l'épouse suisse alémanique de Boris Vian. Il s'agirait d'une contraction du mot « schmerz » qui signifie douleur en allemand et de « merdre », une variation du mot merde utilisée par l'écrivain Alfred Jarry. Distribution : Olivier Aubin, Josée Deschênes, Marie-Pier Labrecque, Gabriel Savourin, Sasha Samar et Marie-Ève Trudel. Mise en scène : Michel-Maxime Legault. Les bâtisseurs d'empire ou le Schmürz, au Théâtre Denise-Pelletier, du 27 septembre au 21 octobre. Pour en savoir plus et réserver vos billets en ligne, cliquez ici!

    Demain matin, Montréal m'attend

Cette nouvelle mouture de la comédie musicale de Michel Tremblay et François Dompierre, mise en scène par René Richard Cyr, s'est attirée des critiques des plus élogieuses, aux Francofolies de Montréal, en   juin dernier. Il faut dire que la distribution contribue largement à faire revivre l'histoire de Louise Tétrault, une jeune fille de la campagne qui, après avoir remporté un concours de chant local, décide de tenter sa chance à Montréal. Elle demande l'aide de sa sœur, Lola Lee, mais cette dernière qui craint de perdre sa gloire durement acquise, cherche plutôt à décourager Louise en la promenant dans les bas-fonds des clubs montréalais. Avec Hélène Bourgeois-Leclerc, (Lola Lee la grande soeur Kathleen Fortin, Marie-Andrée Lemieux (Louise Tétreault la petite soeur de St-Martin), Michelle Labonté, (la mère Tétreault), Christian Laporte, (Sandra), Benoît McGinnis (Marcel Gérard et son caniche), Kathleen Fortin (Betty Bird) et Laurent Paquin (la Duchesse de Langeais) Le chœur : Bryan Audet, Geneviève Beaudet, Guillaume Borys, Jade Bruneau, Marie-Pierre de Brienne, José Dufour, Myriam Fournier et Gabriel Lemire. Geneviève Alarie, Tout ce beau monde est accompagné par Chris Barillaro (piano), Paul Carter (instruments à vent), Peter Colantonio (percussions), Mario Hébert (guitare) et François Marion (basse). Demain matin, Montréal m'attend, au Théâtre du Nouveau Monde, du 19 septembre au 22 octobre est un must à voir, tous sont à la hauteur de nos attentes sans exception. Nous sortons de la salle enchantés. Une tournée provinciale attend la troupe au printemps. Réservez tôt. Pour en savoir plus et réserver vos billets en ligne, cliquez ici!

Artplugs.com : Site gratuit d'emplois dans le domaine des arts graphiques et du marketing. Trouvez des emplois et contrats facilement et rapidement. Artplugs.com : Site gratuit d'emplois dans le domaine des arts graphiques et du marketing. Trouvez des emplois et contrats facilement et rapidement.
Andre Lemire Immobilier : Andre Lemire Immobilier Montreal Quebec Residentiel Commercial
5kards : 5kards : Impression en ligne - Online printing
Studio de beaute Flash: Coiffure, Bronzage, Massotherapie, Maquillage, Electrolyse, Esthetique, Soins des mains et des pieds Studio de beaute Flash: Coiffure, Esthetique, Bronzage
Studio Therapeutique Canin: toilettage chiens et chats sans anesth�sie, soins des griffes, massage Studio Therapeutique Canin: toilettage chiens et chats sans anesth�sie, soins des griffes, massage
Pixotheque : Pixotheque - des centaines d'images professionnelles pour vos concepts publicitaires. Photographes : transformez votre passe-temps en comptant grace a notre syst�me de partage des profits.
Publicité
Design et conception © 2006 Translucide Design